Genève, Bleisure en mode «expert» !

Genève ville mondiale, avec ses 22 organisations internationales et ses 2507 ONG, ville aux 2,92 millions de nuitées hôtels par an, ville accueillant 82% d’étrangers au sein de ces 125 hôtels, est assurément une ville bleisure mais qui s’adresse d’abord à une cible de voyageurs d’affaires « experts » en la matière. Clefs d’explications.  

Encore un sujet que j’ai mis longtemps à traiter. Non pas par manque d’envie, mais par la « difficulté » toute relative de l’aborder. Et quoi de mieux qu’un long trajet en train (sous la Manche 🙂 ) pour s’y mettre franchement.

Genève, ce n’est pas Barcelone, Milan, Londres, NYC, Dubaï ni même Zurich. Genève est à part. « A part » ne veut surtout pas dire inintéressant, loin de là. Une ville comme Genève « s’apprivoise et se dompte ». Quelques heures sans préparation ne suffiront certainement pas à vous combler. Vous repartiriez surpris, voire déçu, par cette ville que vous n’aurez pas su découvrir. C’est exactement l’expérience que j’ai vécu il y a 4 ans. Aujourd’hui, du fait de mes activités professionnelles, je m’y rends très régulièrement. Ma perception a totalement changé. J’ai appris à aimer cette ville, sa douceur, sa richesse architecturale, ses spécificités locales liées à l’identité même de la Suisse, son lac…

Son lac… ! A lui tout seul il justifie le déplacement. Laissez-vous prendre par la quiétude de l’eau, la douceur de l’air, les reflets des nuages dans l’eau cristalline, admirez son geyser et découvrez-y la beauté du spectre continu de la lumière du ciel, suivez du regard la ligne de ses rivages « rétros » avec ses hôtels et palaces qui ne sont pas sans rappeler les cités balnéaires du début du 20ème siècle… Proust n’est pas loin…Laissez-vous envahir par ce lac…

Pour revenir à Genève, je ne pense pas que cela soit le genre de destination qu’il est possible de visiter en mode « je vais n’importe où » et sans un minimum d’organisation préalable. Pourquoi… ?! Sans faire dans la facilité et ainsi dénier une histoire, un patrimoine et une richesse architecturale à la ville de Genève, tout cela ne « saute pas aux yeux » du visiteur en arrivant sur site. C’est la très grande différence avec d’autres villes européennes (notamment les villes italiennes) ou mondiales. Il y a une démarche proactive à mener, un travail d’identification à planifier et donc aller chercher ces lieux historiques, se perdre dans quelques-unes des rues du centre-ville pour contempler et admirez les traces du passé, découvrir les hauts-lieux de la culture locale, mais aussi aller à la rencontre du savoir-faire suisse tant apprécié et connu de par le monde.

L’arrivée à Genève peut se faire de trois manières : par les airs, via l’aéroport international de Genève, couramment appelé aéroport de Genève-Cointrin, la gare de Genève-Cornavin ou encore la route sans oublier de vous acquitter de la fameuse vignette annuelle (38,50€) pour emprunter les autoroutes helvètes. Pour connaître quelques aéroports à travers le monde, ce n’est pas le plus « sexy » que j’ai pu visiter jusqu’à présent…Il faudra attendre l’arrivée au cœur de Genève pour commencer à s’émerveiller 🙂 ! (Un conseil, depuis l’aéroport, dirigez-vous vers les trains grandes lignes et vous pourrez ainsi rejoindre la gare Cornavin en quelques minutes pour seulement 2,82€).

Une fois arrivée à la gare centrale, en plein centre du quartier des Pâquis. Il est ainsi décrit par l’office de tourisme : « le quartier des Pâquis donne vie à un grand melting-pot ethnique. C’est dans le quartier des Pâquis que vous découvrirez le visage populaire de Genève. N’hésitez pas à aller à la rencontre de ses habitants de tous les horizons. De la rue de Lausanne au bord du lac, en passant par les Bains des Pâquis (un lieu très animé tout au long de l’année), découvrez les restaurants et les commerces représentatifs de cette multi-culturalité. Dans ce quartier aux mille saveurs, vous apprécierez une Genève de toutes les couleurs ! ». Pour la petite histoire, dès le début du 20ème siècle, le quartier voit l’arrivée de lieux de plaisirs, les bistrots se multiplient ainsi que les cabarets, dancings, music-halls et — faisant pendant aux grands hôtels — les maisons closes, puis les hôtels de passe. En lieu et place de l’Hôtel Kempinski, se trouvait un casino. Même si aujourd’hui ce dernier a disparu, le commerce du sexe n’a quant à lui pas disparu des rues des Pâquis. Durant les dernières années, les actes de délinquances n’étaient pas rares. Mais aujourd’hui, la police est omniprésente et le sentiment d’insécurité d’antan a totalement disparu. C’est aujourd’hui un ensemble de rues très cosmopolites, tous les costumes et les coutumes ainsi que toutes les cuisines s’y côtoient.

Mais fort de ce développement, vous comprendrez que les voyageurs d’affaires les plus « frileux » ou tout du moins « casaniers » lors de leurs déplacements ne pousseront pas forcément la porte de leur hôtel « pour aller plus loin ». Car c’est bien dans ce quartier que vous pourrez trouver de nombreux hôtels destinés aux voyageurs d’affaires, comme les agréables hôtels du groupe Manotel qui ne compte pas moins de 6 établissements dans le quartier.

Ma recommandation « Hotels » : les établissements MANOTEL !

Pour avoir testé de nombreux hôtels de la ville, je ne peux que vous conseiller de sélectionner l’une de leurs adresses. Ce n’est pas un secret, le parc hôtelier genevois, constitué de nombreux indépendants, n’est pas majoritairement à la hauteur des attentes des voyageurs d’affaires internationaux, ni même parfois des touristes… Il est parfois difficile d’y retrouver un « standard », le parc est vieillissant (isolation, équipement, etc.), les bâtiments sont parfois austères, bref,  loin de moi l’envie d’être désagréable, mais c’est une réalité constatée par les professionnels. Le groupe suisse Manotel à quant à lui choisi de retenir une ambiance et un style clair par hôtel : chalet suisse, art contemporain, design urbain, ambiance d’Asie avec le Jade, routes des Indes pour le Kippling ou néoclassicisme pour le Royal… Ses établissements, de 3 et 4 étoiles, vous invitent au voyage en plein centre-ville de Genève avec la promesse de vous offrir un séjour cosy et chaleureux. Une fois dans l’établissement de votre choix, une certaine élégance et un raffinement (qui m’est cher) s’impose à vous. Ni trop, ni pas assez. Juste ce qu’il faut.

A NOTER : tous les hôtels de la ville offrent des pass pour utiliser les transports en commun gratuitement durant la durée de votre séjour.

(Je précise que cette recommandation n’a pas été sollicitée par le groupe et que je n’ai reçu aucun traitement de faveur (gratuité ou autre) au sein de ses établissements qui aurait pu conduire à cet encadré. Je vous livrerai prochainement un « Bleisure advisor » du Jade, du Royal mais aussi de l’Auteuil).

QUE FAIRE, QUE VOIR ?

Bon après cette longue entrée en matière, rentrons dans le vif du sujet. Que voir et que faire à Genève. A l’issue de cette partie, vous constaterez en réalité que vous serez « frustré » de n’avoir pas plus de temps sur place… (Source : site Fondation Genève Tourisme & Congrès https://www.geneve.com/fr/)

La Cathédrale St-Pierre

Plus grande cité historique de Suisse, de l’autre côté du Rhône, la Vieille-Ville est dominée par la Cathédrale St-Pierre, haut lieu de la Réforme. 157 marches vous mènent en haut de sa tour pour un panorama unique de la ville. Perdez-vous ensuite dans les charmantes ruelles alentours. Chacune recèle de détails et trésors de l’histoire de Genève.

Le Quartier des Bains

Du MAMCO au Centre d’art contemporain en passant par les nombreuses galeries et leurs expositions de qualité, le Quartier des Bains est la plate-forme européenne de l’art moderne. Bistrots et bars branchés contribuent eux à l’effervescence nocturne ! A ne pas manquer : “La nuit des bains”, vernissage commun organisé trois fois par an.

Le quartier de Carouge

A deux pas du centre-ville, Carouge est le Greenwich Village de Genève ! Son architecture rappelle ses origines sardes et vous donne l’impression d’être dans le Sud. Commerçants, terrasses ombragées, artisans et antiquaires habitent les nombreuses ruelles de Carouge, dans lesquelles flâner des heures est un vrai plaisir. A la nuit tombée, l’ambiance est au rendez-vous grâce aux nombreux bars branchés, réputés dans toute la ville.

La visite du Palais des Nations

Construit entre 1929 et 1936, le Palais des Nations abrite le siège européen des Nations Unies et est, après New-York, le plus grand centre de l’ONU. Plus de 25 000 délégués y sont accueillis chaque année et de nombreuses œuvres d’art y sont exposées. Le Palais ouvre ses portes quotidiennement pour des visites guidées passionnantes !

Banc de la Treille, le plus long banc en bois du monde

Un banc de 120 m et une balade spectaculaire avec vue sur le Parc des Bastions. Au bout de la Grand’Rue, au pied de l’Hôtel de Ville, le plus long banc en bois du monde s’étend sur la promenade de la Treille. Celle-ci est ombragée par une allée de marronniers et offre une vue panoramique sur les parcs et monuments entourant la vieille ville. C’est ici que se situe le marronnier officiel de la Treille : depuis 1818, le sautier de la République observe l’arrivée de sa première feuille pour annoncer officiellement le début du printemps.

Flânez et reposez-vous dans le Jardin Anglais

Avec ses allées, le Jardin anglais est l’un des plus charmants buts de promenade au bord du lac. C’est ici que se trouve la célèbre horloge composée de milliers de fleurs, ainsi que le Monument national érigé en mémoire de l’entrée de Genève dans la Confédération helvétique. Au milieu du parc trône une monumentale fontaine de bronze qui rafraîchit petits et grands. En été, pendant les Fêtes de Genève, la foule se presse aux concerts gratuits et autour des stands de restauration.

Ses 43 musées et lieux de culture…

Je ne vais pas les passer en revue, mais je vous invite à consulter la page suivante : https://www.geneve.com/fr/a-voir-et-a-faire/musees/. Je vais simplement citer la Maison Tavel que j’ai pu visiter. Détruite par un incendie en 1334, cette demeure est reconstruite par les Tavel, famille noble de Genève, qui donne à la maison son caractère fort de palais urbain. Transformée en musée en 1986, elle offre la possibilité de découvrir l’évolution urbaine de la cité ainsi que différents aspects de la vie passée de ses habitants.

LE SHOPPING…

Enfin, je commettrais une faute énorme si je ne vous parlais pas du chocolat, des couteaux et de l’horlogerie suisse…

Quand je citais en début d’article les spécificités suisses, c’est bien à ces trois produits que je pensais. Il n’est pas raisonnable de revenir de Genève sans rapporter des chocolats à votre famille, un couteau à votre petit garçon et une montre pour vous… Enfin, sur la montre, je vous laisse juge. Pour ma part, je me limiterai à une Swatch ! 🙂

Un conseil simple si vous n’avez que peu de temps sur place, rendez-vous rue du Rhône, berceau du shopping de luxe. Elle réunit les plus grandes enseignes. De l’horlogerie à la mode et à la joaillerie, en passant par les boutiques des maîtres-chocolatiers, cette balade vous fait découvrir les grandes marques qui font la réputation de Genève. « Aucune ville ne concentre autant de prestige ! » et c’est bien vrai ! A ne pas rater dans la rue : admirez l’Horloge Malbuisson, son carillon et son cortège mécanique, qui défile à chaque heure. Si vous avez plus de temps, l’Office de Tourisme propose une promenade balisée au cœur de l’horlogerie. Un tour à pieds dans la ville qui vous mène devant tous les hauts-lieux de ce savoir-faire ! Quant aux chocolats, vous aurez l’embarras du choix. Pas de conseil si ce n’est de prendre du chocolat noir enfin… 🙂 !

Mon adresse incontournable…

Etant jeune, j’étais fan de MacGyver et de son couteau omnipotent… autant vous dire que la boutique Victorinox, sis rue du Marché 2, 1204 Genève, est un peu le Saint Graal me concernant… Ayant un petit garçon de 8 ans, je n’ai pas résisté et lui ai acheté son premier couteau suisse. Mais il faut respecter une tradition. Lorsque vous offrez le couteau, le récipiendaire doit vous donner une pièce de monnaie afin de se protéger de toutes les blessures éventuelles mais aussi pour prendre la mesure de la responsabilité de ce cadeau unique. Bref, un de des petits moments forts dans ma vie de père…

Je stoppe ici mon récit de mes différents séjours à Genève. Comme vous pourrez le ressentir à l’issue de la lecture de cet article, j’apprécie énormément cette ville. Je sais que les avis peuvent être partagés. Mais plus que dans d’autres cités européennes, c’est réellement la quiétude et la douceur de son ambiance qui me séduisent. Bref, Genève c’est un énorme coup de cœur pour moi. J’espère qu’il en sera de même pour vous lors de votre prochain déplacement. J’espère d’ailleurs lire vos expériences en commentaire. Quant à moi, j’y retourne la semaine prochaine… A bientôt !